Ultima ora

Stiri

Evenimente

Cauta in revista

Champ psychosomatique N°61 : Le corps sexuel de l’enfant, L'esprit du temps, 2012/1, Mars 2012

vineri, 3 august 2012


Associer sexualité et enfant semble appartenir aux acquis culturels au moins depuis la contribution freudienne des Trois essais sur la théorie sexuelle en 1905. Presque une évidence que l'on tend presque à ne plus interroger. Mais cette évidence recouvre une ambiguïté qui se repère dans l'usage généralisé et consensuel de la notion censée définitivement en attester : la sexualité infantile. L'examen attentif montre que cette notion concerne la sexualité bien plus que l'enfant ; la marque « infantile » de la sexualité témoigne non du temps de l'enfance mais plutôt de la distance qui se creuse avec le temps de l'enfance. C'est cet écart temporel qui explique que la « sexualité infantile » convient mieux à désigner les formes du sexuel chez l'adulte aussi bien la sexualité adulte que la reconstruction après-coup des manifestations du sexuel infantile révolu. Enfin, une autre ambiguïté tient au fait que la « sexualité infantile » désigne un large continuum très peu homogène où l'on trouve d un côté le pôle des manifestations sexuelles (cf. le paragraphe des Trois essais ayant le même titre), et de l'autre le pôle des manifestations fantasmatiques où l'agir sexuel ne joue (presque) plus aucun rôle (cf. le paragraphe des Trois essais où le sexuel évolue vers des organisations sexuelles infantiles, voire aussi des théories sexuelles infantiles.

Ce numéro va tenter de relever le défi de cette double ambiguïté : privilégier la découverte (ou la redécouverte ?) du corps sexuel de l'enfant plutôt que du sexuel fantasmatique, ou du sexuel infantile dans l'adulte.

Ce défi ne suppose pas un intérêt exclusif pour le corps de l'enfant, mais passe aussi par l'interrogation du regard et de la parole des adultes sur l'enfant. Autrement dit, comment les adultes d'aujourd hui désignent à l'enfant ce corps sexuel pour lequel il n'a pas encore de mots ? y aurait-il un subtil déplacement de ce que Ferenczi appelait « la confusion des langues » qui ne se manifesterait plus seulement sur le mode de l'agir sexuel de l'adulte à l'encontre de l'enfant, mais plutôt sur le mode d'un discours sexuel venant très tôt s'introduire dans l'espace sémantique de l'enfant (cf. la généralisation des mots du sexe dans les espaces culturels du monde contemporain : publicité et autres)? Mots du sexuel qui, de surcroît, tendent à se confondre et à s'uniformiser. Car là où l'enfant possédait jadis une langue qui lui était propre et qu'il pouvait cultiver à l'abri des convoitises des adultes pipi, caca, popo, zizi... pour ne citer que les plus connus !-, il semble adopter, aujourd'hui, les mots du sexe qu'il partage de plus en plus tôt avec les adultes bite, nichons et autres fellation et sodomie mimant ainsi une initiation largement factice. Difficile donc de ne pas interroger comment le corps sexuel de l'enfant se façonne dans un environnement où la sexualité se targue de jouir de la langue déliée.

www.cafegradiva.ro

Niciun comentariu

Trimiteți un comentariu

...si semnati-va cu nume sau pseudonim

Atentie, se interpreteaza!